Devez-vous être constamment disponible pour votre employeur ?

Devez-vous être constamment disponible pour votre employeur ? Article
0

De plus en plus d’employés disposent d’un GSM de société ou d'un Internet payé par l’employeur. Mais cela ne signifie pas pour autant que vous deviez être constamment disponible pour le travail.

De plus en plus d’employés disposent d’un GSM de société ou d'un Internet payé par l’employeur. Mais cela ne signifie pas pour autant que vous deviez être constamment disponible pour le travail.
 
Selon le Guide des Salaires 2016 de Secretary Plus (Belgique), qui dresse un inventaire des conditions de travail de 3.981 collaborateurs de support, un employé sur cinq possède un GSM de société. Un employé de bureau sur quatre bénéficie d’un abonnement GSM payé par son employeur et un sur dix possède une connexion Internet à la maison payée par l’employeur.
Ce sont là d’agréables petits compléments à votre salaire. Mais souvent, cela engendre également un manque de clarté : votre employeur attend-il que vous vérifiez vos e-mails après vos heures de travail également, que vous répondiez aux appels téléphoniques ou que vous prépariez la réunion du lendemain ? Risquons-nous, en raison de l’essor des moyens de communication modernes, de tous devenir des bourreaux de travail ?
 

Un employé émancipé

Avant toute chose : il n’y a rien de grave à cela. Nous ne courons pas tous un risque de burn-out parce que nous travaillons aussi en dehors des heures de travail. Les outils de communication modernes peuvent être parfaitement utiles pour le travailleur émancipé : une entreprise quelque peu flexible peut tout à fait autoriser que vous partiez une demi-heure plus tôt, en fin de journée, pour aller rechercher vos enfants à l’école, si vous répondez en soirée à cet e-mail important ou si vous passez cet appel téléphonique prévu.
 
Toutefois, certaines entreprises peuvent se révéler plus strictes : chez Colruyt, les travailleurs ne peuvent pas consulter leur boîte mal à distance, précisément pour lutter contre le burn-out et protéger les personnes d’elles-mêmes. Une exception est faite uniquement pour ceux qui sont sur la route en permanence. Au Gouvernement flamand aussi, un groupe de travail milite pour rendre inaccessible la boîte mail professionnelle en dehors des heures de travail.
 

Un peu de bon sens

Un bon conseil : faites preuve de bon sens. Une entreprise qui met un GSM à la disposition de ses employés a aussi conscience qu’une partie des appels téléphoniques est passée à des fins privées. De plus, la disponibilité 24 heures sur 24 est une notion qui date du 19ème siècle. Désormais, les périodes de repos sont légales. Pour chaque période de 24 heures, tout travailleur a droit à une période de repos de onze heures consécutives. Une personne qui a terminé de travailler à 20 h ne peut reprendre ce travail qu’à partir de 7 h le lendemain matin – même s’il existe des exceptions, comme dans l’horeca ou en cas de travail continu dans un système de travail en équipes.
 
Cela vaut également la peine de définir de bons accords avec votre employeur. Demandez ce que votre patron attend de vous lorsqu’il met un Smartphone à votre disposition ou qu’il paye votre connexion Internet à la maison. Renseignez-vous éventuellement auprès de vos collègues sur la rapidité à laquelle vous êtes censé réagir. Souvent, vous remarquerez que les exigences ne sont pas exagérées. Et soyez conscient qu’une certaine compréhension de votre part crée également de la bonne volonté chez vos supérieurs : n’allez pas immédiatement réclamer des heures supplémentaires lorsque vous emportez une tâche de votre travail à la maison pendant le week-end.
Sachez enfin qu’être connecté en permanence est une chose qui ne disparaîtra pas de sitôt à l’avenir. Un équilibre sain entre le travail et les loisirs reste essentiel !

À PROPOS DE L'AUTEUR

We Assist You

We Assist You

Votre commentaire

Connectez-vous afin d'ajouter un commentaire

Adresse e-mail non vérifiée

Pas encore membre ? Créez votre profil

Commentaires récents