Etes-vous prêt à abandonner le volant de votre voiture (de société) ?

Etes-vous prêt à abandonner le volant de votre voiture (de société) ? Article
0

Le SPF Mobilité a donné le feu vert aux véhicules autonomes. Votre voiture (de société) peut-elle vous prendre le volant ?

Le SPF Mobilité a donné le feu vert aux véhicules autonomes. Votre voiture (de société) peut-elle vous prendre le volant ? 
 
Les voitures autonomes semblent futuristes et pourtant, elles existent déjà bel et bien. Les voitures-robots remettent en question toute notre réflexion sur la mobilité, les trajets domicile-travail et la possession d’une voiture, et ouvrent de nouvelles perspectives.

 

Les avantages des voitures (semi-)autonomes, sans cesse plus intelligentes

1.     Diminution du risque de victimes d’accidents de la route ; 93% des accidents de circulation sont en effet la conséquence d’erreurs humaines ou de la distraction (appels téléphoniques, envoi de SMS, surf sur Internet…).
2.     Diminution du risque de vitesse excessive et respect plus strict des règles de conduite.
3.     Possibilité, pour les personnes âgées ou à mobilité réduite, de se déplacer de manière autonome.
4.     Transport plus économique grâce à un style de conduite adapté.
5.    Mobilité plus fluide grâce à une utilisation plus efficace de la capacité routière et une meilleure communication/coordination entre véhicules.
 

Les véhicules autonomes gagnent du terrain partout dans le monde

En Californie (Google Driverless Car) et en Espagne (Volvo's driverless road train), des systèmes automatisés font déjà pleinement l’objet d’expériences sur la voie publique. Plus près de chez nous, aux Pays-Bas, des voitures et camions autonomes ont récemment emprunté l’autoroute pour réaliser une expérience fructueuse.
 
Google espère que sa voiture autonome sera prête à être commercialisée pour 2018. Les grands constructeurs visent l’année 2020 pour lancer une version ‘abordable’. Des dates qui peuvent peut-être paraître très ambitieuses mais qui indiquent cependant à quel point ces véhicules innovants deviennent concrets.
 

Véhicules (semi-)autonomes en Belgique

Depuis peu, la Belgique a également donné le feu vert aux véhicules autonomes, à condition que les constructeurs puissent soumettre un test sur circuit fermé. ‘Il doit toujours y avoir quelqu’un sur le siège du conducteur qui soit en mesure de prendre le relais de l’ordinateur’, déclare le SPF Mobilité.
 
La législation (internationale) stipule qu’un conducteur doit toujours garder le contrôle de son véhicule. Un conducteur ne peut donc pas encore prendre place sur la banquette arrière.
Fin de l’année passée, environ 800 conducteurs belges de Tesla roulaient en tenant à peine le volant de leur voiture électrique.
 

Que faire si les choses tournent mal ?

Les véhicules sans chauffeur sont autorisés à rouler sur la route avec une assurance auto Responsabilité Civile (RC). En cas d’accident, le conducteur demeure responsable, comme s’il conduisait lui-même le véhicule. S’il peut démontrer que l’erreur ne lui incombe pas, le fabricant, le fournisseur du logiciel ou le programmeur seront alors pointés du doigt. Il s’agit d’une histoire complexe sur laquelle tous les intéressés sont toujours penchés actuellement.
 
Et vous… qu’en pensez-vous ? Etes-vous prêt à lâcher le volant ? Réagissez ci-dessous !

À PROPOS DE L'AUTEUR

We Assist You

We Assist You

Votre commentaire

Connectez-vous afin d'ajouter un commentaire

Adresse e-mail non vérifiée

Pas encore membre ? Créez votre profil

Commentaires récents