« Les personnes passionnées risquent davantage de souffrir d’un burn-out »

« Les personnes passionnées risquent davantage de souffrir d’un burn-out » Article
875

Quels sont les symptômes du burn-out, quand intervenir et comment procéder ? Nous l’avons demandé à une coach spécialiste du burn-out, Griet Deca.

Griet Deca est coach spécialisée dans le stress et le burn-out chez Tryangle.

Les chiffres du burn-out explosent dans notre pays et Griet Deca souhaite y remédier avec son entreprise Tryangle. Grâce à un coaching personnel et à des formations destinées aux entreprises, elle favorise le bien-être des employés. « Pour ce faire, nous donnons surtout à ces personnes la possibilité d’agir et d’expérimenter », explique Griet. « La pleine conscience au travail, du yoga au bureau... Nous mettons en douceur le corps en mouvement afin que l’esprit soit aussi en mouvement – ou parfois justement à l’arrêt. »

Selon vous, comment se fait-il que tant de gens souffrent du stress et du burn-out à l’heure actuelle ?

« Suite à la crise de 2008, la charge de travail s’est intensifiée dans beaucoup d’entreprises : il faut abattre plus de travail avec moins de personnel. De plus, nous sommes aujourd’hui constamment « activés », nous sommes sans cesse joignables via notre ordinateur portable, notre tablette ou notre Smartphone. Et pas toujours parce que notre employeur l’exige, souvent parce que nous voulons nous-mêmes nous débarrasser de cette mentalité 9 - 17. La plupart des gens combinent en outre un job très exigeant et une vie de famille : ils se dépêchent le matin pour se rendre au travail et courent le soir pour aller rechercher les enfants. La conséquence est que leur taux de cortisol et d’adrénaline atteint des sommets, leur corps n’a pas la possibilité d’éliminer ces substances. Cela engendre des problèmes de sommeil, de stress et – si vous n’êtes pas attentif aux petits signaux du stress – au burn-out.

Pourquoi vous êtes-vous penchée sur cette problématique ?

« J’ai travaillé pendant plusieurs années en tant qu’indépendante comme professeur de français. Le travail était dur mais j’étais persuadée d’être heureuse. Jusqu’à ce que je sois confrontée à toutes sortes de problèmes physiques. Je souffrais déjà du dos et ensuite, ma cheville s’est également bloquée. Je ne suis pas arrivée jusqu’au burn-out mais je me suis tout de même retrouvée en fauteuil roulant à un moment donné. A l’époque, j’ai considéré cela comme une énorme catastrophe, mais a posteriori, c’était en fait la meilleure chose qui pouvait m’arriver. Car cela m’a fait réfléchir : « Qu’est-ce que je veux vraiment ? » C’est ainsi que j’ai commencé à m’intéresser au stress et au burn-out. A présent, j’aime partager ma propre expérience avec les autres : votre maladie est aussi le début de votre processus de guérison. »

Tout le monde ressent du stress, mais à partir de quand se trouve-t-on véritablement dans la zone de danger ?

« Les premiers signaux sont souvent des échos de votre entourage direct, par exemple votre partenaire qui remarque que vous êtes souvent irritable. Votre corps aussi se met à protester : vous souffrez de maux de tête, vos épaules sont raides, vous avez des problèmes d’articulation, des douleurs dans le bas du dos... Un manque de concentration ou une plus grande distraction peuvent aussi être des signes avant-coureurs. Pour diagnostiquer un burn-out, nous travaillons avec un questionnaire subjectif : comment vous sentez-vous le soir lorsque vous êtes rentré chez vous, avez-vous encore de l’énergie ? Il convient de faire la distinction entre une dépression et un burn-out. Dans ce dernier cas, c’est une question de ‘j’aimerais mais je n’y arrive plus’, dans le premier cas, vous ne voulez plus. Votre médecin généraliste peut également vérifier la quantité d’hormones du stress présente dans votre corps à l’aide d’un examen sanguin. »

Que faire pour éviter toute aggravation lorsque vous percevez les premiers signes ?

« Vous pouvez mettre un terme au burn-out à chaque phase, mais plus vite vous réagissez, plus il vous sera facile d’en sortir. En cas de véritable burn-out, vos terminaisons nerveuses meurent et cela peut prendre de quatre mois à deux ans avant d’avoir récupéré. Si vous constatez de petits signaux de stress, il est alors temps de faire une introspection. Qu’est-ce qui a échoué et que pouvez-vous changer pour vous sentir mieux : prendre plus de temps pour vous, éteindre votre GSM, bouger plus... Les techniques de respiration et de méditation peuvent également vous aider à recharger vos batteries. »

Certaines catégories professionnelles sont-elles plus sensibles au stress et au burn-out que d’autres ?

« Certains profils y sont davantage sujets en effet, notamment les personnes extrêmement passionnées et attentionnées. Elles ont souvent un style de communication manquant d’assertivité : elles oublient de poser des limites, veulent en faire trop et se sacrifient au profit des autres. Il faut souvent beaucoup de temps avant qu’elles osent demander de l’aide, et lorsqu’elles le font, elles ne l’obtiennent pas parce que les autres pensent qu’elles peuvent s’en sortir seules. Cela ne dépend donc pas tellement de votre profession, mais plutôt de votre personnalité et de la mesure dans laquelle celle-ci correspond au travail que vous faites. »

Pouvez-vous déjà nous donner maintenant quelques conseils, une sorte de boîte à outils contre le stress et le burn-out ?

« Généralement, il y a quatre piliers de base qui sont importants pour votre bien-être : dormir, manger sainement, respirer consciemment et bouger suffisamment. Cela n’a rien d’égoïste d’être attentif à vous-même, de prendre soin de vous. Comparez cela aux instructions de sécurité à bord d’un avion : mettez tout d’abord votre propre masque à oxygène et ensuite, vous vous occuperez des autres.

De plus, vous pouvez appliquer plusieurs conseils concrets, comme des exercices de respiration. Inspirez profondément par le nez et expirez ensuite le plus lentement possible, afin de ralentir votre rythme cardiaque. Des exercices d’équilibre permettent de diminuer le stress, tout comme les sautillements : cela remonte directement le moral. Ou peut-être que les exercices d’attention vous conviendront mieux. Concentrez-vous par exemple sur vos sens : que voyez-vous, que touchez-vous, que sentez-vous ? Découvrez ce qui fonctionne le mieux pour vous et utilisez-le dans votre vie. »

Vous voulez plus d'information ce que vous pouvez faire pour augmenter votre bonheur au travail? Suivez le webinaire de Griet ici.

Votre commentaire

Connectez-vous afin d'ajouter un commentaire

Adresse e-mail non vérifiée

Pas encore membre ? Créez votre profil

Commentaires récents